Vivre dans un cadre sécurisant

Pour une personne âgée, conserver son « chez soi » est rassurant. En parallèle aux établissements médico-sociaux (EMS) existants et à l’accompagnement des services à domicile, le logement protégé assure un environnement sécurisant et privilégie les liens sociaux dans notre société actuelle.

En règle générale, il comprend deux, voire trois pièces. D’autres modèles de logements (comme des logements communautaires par exemple) sont également possibles.

Des logements protégés, pourquoi ? Donner l’opportunité à nos aînés :

  • D’être autonome face à un état de santé fragilisé
  • De vivre « chez eux », le plus longtemps possible
  • D’éviter ou retarder l’entrée en EMS
  • D’avoir une vie sociale positive, enrichissante
  • De pallier à des accidents domestiques dus à des barrières architecturales (seuils, baignoires, etc.)
  • De bénéficier de prestations d’encadrement, d’accompagnement et de soins à domicile

Un encadrement sécurisant. Comment ?

Par

  • La présence régulière d’une référente sociale avec un cahier des charges spécifiques
  • La présence d’un interphone à l’entrée de l’immeuble
  • La possibilité de se raccorder à un système d’appel d’urgence

Grâce à la référente sociale, qui

  • Accueille les nouveaux locataires et accompagne dans le processus d’intégration
  • Facilite les contacts sociaux
  • Offre des activités à la salle communautaire (discussions, gym douce, repas, jeux, organisation de séances d’information) et à l’extérieur (excursions, repas)
  • Fait des visites à domicile à la demande
  • Informe sur les activités et services de la région
  • Répond aux questions de la vie quotidienne
  • Crée un lien avec les proches, la gérance et les centres médico-sociaux (CMS)

Quelles qualifications attendues ?

  • Assistante socio-éducative
  • Animatrice socioculturelle
  • Educatrice spécialisée
  • Une formation continue est proposée aux référentes sociales